+33 (6) 6 23 12 62 88 contact@co-koun.com

C’est vraiment d’actualité, non? 

Le bien-être au travail est vraiment une thématique de plus en plus abordée. Qui ne s’est jamais plaint à la machine à café par exemple d’un manque de respect d’un collègue, d’une tâche qui lui incombe qui ne fait pas partie de sa mission, d’une organisation désorganisée qui demande le plus de flexibilité possible… Et tout cela engendre des comportements de défense ou d’attaque vis à vis des autres, des émotions plutôt désagréables, et des pensées plutôt défaitistes. 

D’ailleurs, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Seuls 41% des salariés sont heureux dans leur travail alors que le même échantillon est à 73% motivé (Baromètre 2015-étude Edenred-ipsos 2015). Si je comprends bien, les gens sont motivés mais ne sont pas heureux. 

Alors, quelles sont les améliorations possibles pour les aider à retrouver ce sourire matinal lié à l’énergie et l’enthousiasme d’accomplir sa mission professionnelle. je ne vais pas m’étendre sur les motivations intrasèques et extrasèques liées à au travail entre autre. Les motivations pourront faire l’objet d’un prochain article. 

Je vous propose un seul outil parmi d’autres qui peut tout changer pour vous, comme pour vos n+1 et vos n-1 et même pour votre vie personnelle. Cela s’appelle la considération. C’est le mot à retenir aujourd’hui pour donner une impulsion relationnelle bénéfique à terme pour les personnes en lien professionnelle. 

Si je reprends le synonyme de considération, c’est prendre en compte, c’est examiner avec attention, c’est avoir de l’estime pour soi, pour l’autre. Partons du début en disant que par principe, personne ne peut évoluer sans l’autre, et que chacun vit des émotions différentes. Alors, une unique expérience peut être vécue de manière différente en fonction de son état émotionnel. 

Prenons l’exemple simple d’une réunion sur les objectifs de période entre trois commerciaux. Si l’un d’eux s’est fait rappelé à l’ordre pour ses résultats médiocres, que le deuxième a vécu des éloges pour ses dernières ventes effectuées et que le troisième est sur le point de quitter l’entreprise, cette même réunion ne va pas être vécue de la même manière pour chacun d’eux. 

Chacun vit extérieurement la même réunion mais intérieurement, l’énergie n’est pas la même. Le premier peut être tendu et agacé parce qu’il sent une pression sur ses épaules pour que ses chiffres progressent; le deuxième, fier de lui, voit toutes les possibilités de réalisation de ses objectifs de manière ambitieuse et réaliste. Le troisième n’a plus la motivation pour avancer tout simplement, il part dans deux semaines pour un concurrent. 

L’outil de considération qui peut être employé par le manager à ce moment-là a toute son importance pour ressouder l’équipe autour des objectifs. Alors, comment faire? 

Voici une idée parmi d’autres pour considérer, tout simplement. C’est de commencer à écouter ce qu’a à dire la personne en face de soi. C’est écouter ce qu’il dit et ce qu’il ne dit pas. Tout un programme. 

C’est donc avoir cette capacité à pouvoir rentrer dans la bulle de l’autre, avoir une certaine empathie, et lâcher ses propres pensées et ressentis pour se consacrer seulement au message de la personne en face de soi. Que vit cette personne intérieurement? Et si je l’écoute vraiment, que veut-elle me dire? 

Donc considérer, c’est entrer dans l’écoute active, outil du coaching, pour sentir, ressentir ce que l’autre vit intérieurement. Et ensuite prendre en compte ces informations recueillies par le verbal, le non verbal et le para verbal pour échanger de manière différente et plus emphatique pour créer ou recréer de meilleurs liens, une meilleure relation. Et l’écoute active demande une présence optimale à soi-même pour être le plus en phase avec l’autre.

Quel est le résultat d’après vous? En reprenant l’exemple précédent, mettez-vous un instant à la place de ce commercial qui n’a pas les résultats escomptés. A la place d’entendre qu’il y aura des conséquences néfastes pour votre évolution si vous n’atteignez pas vos objectifs, peut-être que vous préféreriez entendre que vous n’êtes pas au rendez-vous à ce jour mais vos connaissances, vos compétences, et votre expertise sont en parfaite adéquation avec vos objectifs et que vous pouvez y arriver. N’est-ce pas mieux ? Vous imaginez peut-être un autre scénario final positif, il y tellement de possibles quand on commence à réellement considérer l’autre.

Alors, pour conclure, une part du bien-être dans son travail passe par la considération de l’autre, des autres. Et ceci est un vrai travail. Alors, expérimentez de manière juste et sincère et sentez les retours qui vous seront faits dans les comportements par exemple. 

Que faites-vous ? Que feriez-vous?